Retour à tous

Jaime Angus, BMR (PT)

Jaime Angus, BMR (P.T.) et Lisa Mills-Hutton, B. Comm (Hons), BMR (P.T.)

Physiothérapeutes à la clinique Donna Sarna Physiotherapy & Rehabilitation de Winnipeg (Manitoba)

 

« Vous enseignez l’anglais à l’école secondaire, puis un jour, une laryngite vous prive de votre voix pendant deux semaines. Une fois guérie (c’est du moins ce que vous croyez), vous rentrez au travail, mais votre voix est râpeuse, elle déraille régulièrement et ne produit parfois qu’un chuchotement. Au terme de cette première journée d’enseignement, vous êtes redevenue aphone. C’est ce qui s’appelle rater son retour au travail. Craignant une nouvelle infection, vous retournez voir votre médecin. Après quelques tests et rendez-vous auprès d’autres spécialistes, on vous diagnostique une dysphonie liée à une tension musculaire. »

____

 

La carrière de physiothérapeute nous conduit parfois dans de singulières avenues cliniques. L’anecdote ci-dessus nous a été racontée par la première patiente qui s’est présentée à nos bureaux pour ce problème. Il y a quelques années, une orthophoniste de la région a commencé à diriger des patients souffrant de dysphonie liée à une tension musculaire (DTM) vers la clinique Donna Sarna Physiotherapy, pour soulager des douleurs myofasciales et proposer des exercices de respiration ou de posture. Notre intervention à titre de physiothérapeutes s’inscrivait dans une approche multidisciplinaire impliquant

 

En quoi consiste la dysphonie liée à une tension musculaire (DTM) ?

 

La DTM est une altération du son ou de la texture de la voix en raison d’une tension excessive des muscles du larynx et voisins du larynx. Cette tension empêche le bon fonctionnement de la voix. La DTM est une perturbation de l’utilisation des muscles qui se développe pendant une laryngite et qui subsiste lorsque les cordes vocales ont retrouvé leur taille normale. Elle est causée par le stress et le surmenage des muscles et accompagne parfois d’autres diagnostics. Les personnes dont le travail comporte une importante composante vocale — par exemple, les enseignants, les chanteurs, les employés de centres d’appel et les conférenciers — sont plus sujettes aux troubles de la voix.

 

Quelques symptômes fréquents de DTM :

 

La voix est généralement

  • Rude

  • Enrouée

  • Râpeuse

  • Faible

  • Voilée

  • Légère

  • Comme un chuchotement

  • Serrée

  • Tendue

 

Les variations de la voix constituent d’autres symptômes, par exemple lorsque la voix se casse, est hachurée, change de ton, faiblit ou s’amincit à l’usage. Les patients ressentent parfois de la douleur ou une tension dans la gorge lorsqu’ils parlent ou chantent, et diront que leur voix est fatiguée.

 

Les transformations physiologiques à l’œuvre :

  • Tension musculaire accrue des muscles de la partie antérieure du cou et de la gorge

    • Réduction de l’amplitude de mouvement cervical

    • Altération de la qualité de la voix

    • Baisse de la production de volume

    • Élévation du larynx et de l’os hyoïde

    • Développement d’un déséquilibre musculaire, d’une mauvaise posture et de stress1,2

 

Quel est le rôle du physiothérapeute dans l’approche multidisciplinaire?

L’un des rôles clés du physiothérapeute consiste à devenir détective du mouvement. Qu’est-ce qui bouge? Qu’est-ce qui ne bouge pas, et pourquoi? Dans un cas classique de DTM, la posture laisse à désirer, les muscles de la face antérieure du cou et de la gorge sont tendus et entraînent un affaiblissement des muscles stabilisateurs de rachis cervical et de la ceinture scapulaire. Ce déséquilibre musculaire contraint l’os hyoïde, la mâchoire, la colonne cervicale et les omoplates. Lorsque le contrôle postural est inadéquat, on observe parfois une baisse de l’habileté à inspirer à fond et un désalignement du bassin, du thorax, du cou et de la tête. À ce stade-ci de votre lecture, vous commencez sans doute à voir le rôle que peut jouer le physiothérapeute dans le traitement de la DTM : détendre certains muscles, en renforcer d’autres, améliorer le contrôle postural et apprendre au patient à respirer et à relaxer. Pour ce diagnostic comme pour d’autres, aucun patient ne présente exactement le même profil de cas, et le physiothérapeute doit explorer plusieurs autres aspects pour rendre au patient sa mobilité.

 

Revenons au cas de notre enseignante

L’examen de l’enseignante a permis de constater qu’elle présentait, entre autres, les symptômes suivants :

  • Un syndrome du texteur (tête penchée vers l’avant)

  • Une incapacité à inspirer profondément jusque dans les lobes inférieurs des poumons

  • Une tension des grands pectoraux, des muscles scalènes, sus-hyoïdiens et sous-hyoïdiens et digastriques

  • Une restriction de l’os hyoïde

  • Un dysfonctionnement de l’ATM

  • Une faiblesse généralisée des muscles stabilisateurs du tronc et du cou

 

 

Que dit la recherche sur le rôle de la physiothérapie dans le traitement de la DTM?

Une recherche récente du Vanderbilt Voice Centre, situé à Nashville (Tennessee) a montré que le relâchement myofascial procurait des effets positifs pour les patients, notamment les chanteurs, les enseignants, les conférenciers et les employés de centres d’appels qui avaient reçu un diagnostic de DTM. L’étude du Vanderbilt a porté sur des patients qui présentaient un enrouement de la voix depuis six mois. Les chercheurs ont constaté que les deux tiers des patients enregistraient une amélioration de leur voix à la suite d’une thérapie spécialisée ciblant principalement la tension musculaire du cou et de la gorge. La thérapie comprenait des techniques et des exercices de relâchement myofascial, des exercices posturaux et des étirements. 3

 

Une autre étude de cas réalisée en Pologne s’est intéressée à 40 enseignants de 39 à 59 ans qui souffraient de DTM. L’intervention multidisciplinaire des chercheurs comprenait une réadaptation vocale intensive auprès d’orthophonistes ainsi que des exercices vocaux et de relaxation, des activités aérobiques vocales et une variété de techniques myofasciales par des ostéopathes. L’étude a montré que le recours à la thérapie de relâchement myofascial contribuait de façon importante à améliorer les fonctions du tractus vocal chez les patients souffrant de dysphonie professionnelle.4

 

Quel est le plan de traitement ?

Selon la recherche et l’expérience clinique, la technique de relâchement myofascial a produit de bons résultats. Les thérapeutes utilisent cette technique pour traiter la tension musculaire autour du cou et de l’os hyoïde, de même que les muscles posturaux qui influent sur la qualité et la projection de la voix. Le relâchement myofascial est une technique pratique qui consiste à appliquer une pression douce et soutenue sur les tissus conjonctifs myofasciaux afin de les détendre. Ce procédé peut aider à éliminer la douleur et les tensions, et à rétablir le mouvement.

 

En complément du relâchement myofascial, les physiothérapeutes devraient accorder une attention particulière à la posture et à la force musculaire des patients afin de garantir un positionnement optimal du diaphragme, de la cage thoracique, de la gorge et de la tête. Chaque fois que la situation l’indique, nous misons sur l’approche multidisciplinaire pour travailler avec d’autres professionnels de la santé, qu’il s’agisse de médecins, de massothérapeutes, d’entraîneurs vocaux ou d’orthophonistes.

 

Le plan de traitement pour notre enseignante

Nous avons rencontré la patiente une fois par semaine, pendant huit semaines. Le traitement prévoyait une thérapie de relâchement myofascial, des exercices et une prise de conscience posturale, des étirements à faire à la maison pour favoriser le relâchement myofascial et un programme de stabilisation scapulaire. La patiente a également été orientée vers un instructeur en technique Pilates pour des séances individuelles sur appareil.

 

La patiente voyait aussi une orthophoniste toutes les deux semaines avec qui elle a développé la qualité et la projection de sa voix, de même que des stratégies d’hygiène vocale. Le médecin a été tenu informé des progrès de sa patiente et a effectué le suivi de son état de santé général. Pendant les deux mois de traitement, la patiente a utilisé un microphone en classe pour faciliter le rétablissement de la voix. Depuis, elle a repris l’enseignement à temps plein sans souffrir d’autres problèmes vocaux. Elle poursuit les séances privées de Pilates sur appareil et fait des exercices de physiothérapie et de voix à la maison.

 

Depuis cette première recommandation de l’orthophoniste, nous avons traité des dizaines d’autres patients. En avril 2016, la clinique Donna Sarna Physiotherapy était invitée à présenter un atelier d’une demi-journée au colloque annuel de l’Ordre des audiologistes et orthophonistes du Manitoba. Ce domaine de pratique est très loin de ce que quiconque d’entre nous aurait imaginé faire au cours de sa carrière. Grâce à des formations de perfectionnement professionnel en relâchement myofascial, en thérapie craniosacrale et en mobilisation viscérale, doublées de nombreuses lectures scientifiques, nous avons permis à de nombreux patients de retourner au travail et de retrouver leur voix.

 

Si ce domaine de pratique vous intéresse, prenez soin de lire les références fournies ci-dessous et faites équipe avec un orthophoniste pour apprendre tout ce que vous devez savoir sur la DTM. Nous ne saurions trop vous recommander les formations que donne John Barnes sur le relâchement myofascial et celles qu’offre l’Institut Upledger sur la thérapie craniosacrale. Nous vous suggérons aussi de communiquer avec le Vanderbilt Voice Centre.

 
Jaime Angus, BMR (P.T.)  

Jaime a obtenu un baccalauréat en réadaptation médicale en physiothérapie de l’Université du Manitoba en 2000. Ses travaux de cours ont porté sur la gestion de l’incontinence, les douleurs pelviennes, le prolapsus des organes pelviens, la santé et la condition physique prénatale et postnatale, et les soins post-mastectomie. Elle a également suivi des formations approfondies dans les domaines du relâchement myofascial, de la manipulation viscérale et de l’acupuncture. Ces formations, combinées à la thérapie craniosacrale et à la technique Pilates, ont amené Jaime à travailler auprès des personnes aux prises avec des troubles de la voix découlant de tensions musculaires ou de tissus cicatriciels.

 
Lisa Mills-Hutton, B.Comm (Hons), BMR (P.T.)

Lisa est titulaire d’un diplôme de baccalauréat en réadaptation médicale en physiothérapie. Elle est acupunctrice agréée et a fait de nombreuses formations professionnelles sur le relâchement myofascial, la thérapie craniosacrale, l’acupuncture, le dysfonctionnement du mouvement, la réadaptation neurologique et la gestion de la douleur chronique. Son travail auprès de plusieurs orthophonistes et entraîneurs vocaux lui a permis de combiner ses connaissances du relâchement myofascial, du Pilates et de l’exercice, et de proposer une approche multidisciplinaire à l’intention des personnes aux prises avec des troubles de la voix ou des tissus cicatriciels découlant d’une chirurgie du cou ou de la gorge.

 

Références :

1. The John Hopkins University. Muscle Tension Dysphonia: What You Need to Know.  http://www.hopkinsmedicine.org/otolaryngology/specialty_areas/voice_center/conditions/muscle_tension_dysphonia.html.

2. Van Houte, E., Van Lierde, K., Claeys, S. (2009). Pathophysiology and Treatment of Muscle Tension Dysphonia: A review of Current Knowledge. Journal of Voice, 25(2), 202-207.

3. Tomilson, C., Archer, K. (2014). Manual Therapy and Exercise to Improve Outcomes in Patients with Muscle Tension Dysphonia: A case series. Journal of the American Physical Therapy Association, 95(1), 117-128.

4. Marszalek S., Niebudek-Bogusz, E., Woznicka, E., Malinska, J., Golusinska, W., Sliwinska-Kowalska, M. (2012). Assessment of the Influence of Osteopathic Myofascial Techniques on Normalization of the Vocal Tract Functions in Patients with Occupational Dysphonia. International Journal of Occupational Medicine and Environmental Health, 225-235

5. McLean, L. (2005). The effect of postural correction on muscle activation amplitudes recorded from the cervicobrachial region. Journal of Electromyography and Kinesiology, 15, 527-535.

6. Roy, N., Bless, D., Heisy, D., Ford, C. (1997). Manual Circumlaryngeal Therapy for Functional Dysphonia: An evaluation of short and long term treatment outcomes. Journal of Voice, 11(3), 321-331.

7. Rubin, S., Blake, E., Mathieson, L., (2005). Musculoskeletal Patterns in Patients with Voice Disorders. Journal of Voice, 21(4), 477-484.