Retour à tous

Être stagiaire à l'ACP

Au printemps et au début de l’été 2018, l’ACP a eu la chance d’accueillir une stagiaire du programme de journalisme de l’Université Carleton. Voici le récit de son expérience de travail avec nous.

 

En février 2018, j’ai franchi les portes de l’Association canadienne de physiothérapie (ACP) pour un stage en communication. J’étais loin de me douter que j’allais être bien plus qu’une simple membre de l’équipe, je serais aussi membre d’une famille au bureau.

Même si mon travail à l’ACP semblait très différent de celui de journaliste (j’étudiais le journalisme depuis trois ans), je savais que ce stage me servirait. J’ai eu la chance d’apprendre et d’utiliser plusieurs outils qui sont importants dans un monde numérique en constante évolution. En fait, les compétences acquises étaient des compétences que j’étais moins susceptible de développer dans un milieu journalistique traditionnel. C’était important puisque cela contribuait à ma polyvalence et à ma faculté d’adaptation, ce qui est un atout pour une personne comme moi : une jeune adulte qui fera bientôt son entrée dans le monde du travail.

Après huit merveilleuses semaines d’apprentissage et d’amélioration de mes connaissances, la responsable de mon stage a quitté l’organisation. Même si j’étais nerveuse à l’idée de continuer sans elle les deux semaines qu’il restait à mon stage, j’étais certaine que je continuerais à me sentir la bienvenue.

En tant que stagiaire, cette expérience a été très positive et l’équipe voulait s’assurer que ce stage m’apporte quelque chose. Ils se sont assurés que l’expérience soit équitable et que j’en retire des bienfaits autant que l’ACP.

 

 

De stagiaire à employée

Le dernier jour de mon stage, on m’a offert un contrat rémunéré de 10 semaines. J’étais très enthousiaste à cette idée, pas seulement parce que c’était un emploi qui paraîtrait très bien sur mon CV, mais aussi parce que c’était une occasion de continuer à travailler avec une équipe que j’avais appris à aimer.

Je n’ai constaté aucun changement pendant ma transition de stagiaire à employée. Cela s’expliquait simplement par le fait que je n’avais jamais été traitée comme étant inférieure même pendant que j’étais « seulement » une étudiante en stage. Toute l’équipe m’a traitée comme une des leurs plutôt que comme quelqu’un de l’extérieur, ce que plusieurs amis avaient vécu lorsqu’ils étaient stagiaires ou lorsqu’ils travaillaient à contrat dans d’autres organisations.

 

 

Ce que ça représentait pour moi 

Travailler avec l’ACP était une expérience unique. C’était une occasion d’étendre des compétences que je possédais déjà tout en acquérant de nouvelles compétences transférables.

Bien que l’ACP soit une place d’affaires, c’est aussi une place pleine de mentors. L’équipe est toujours prête à offrir son aide au besoin. C’est un groupe de personnes les plus accueillantes que j’aie rencontrées. Plusieurs sont prêtes à partager leur histoire et à donner des conseils pour l’avenir. En tant qu’étudiante à l’université, apprendre de ceux qui m’entourent est très important et j’en ai eu l’occasion à l’ACP. Chaque personne au bureau était très accueillante et aidante, au point où je pouvais apprendre de gens de divers services dans le bureau plutôt que d’apprendre seulement des gens en communication.

Les membres de l’équipe de l’ACP ont fait des efforts pour me connaître personnellement plutôt que de seulement apprendre à me connaître par mon éthique de travail. Au cours d’une journée de travail, il est courant de rencontrer plusieurs personnes au bureau. Dans les conversations quotidiennes où on parlait de la pluie et du beau temps, je n’ai jamais pensé que les gens se préoccupaient vraiment de ce que nous disions au point de se souvenir de détails pour des conversations futures.

J’ai tissé des liens avec des gens avec qui j’espère rester en contact même lorsque je ne serai plus à l’ACP.

 

 

Travailler à l’ACP 

Pendant mon stage à l'ACP, j'ai eu le plaisir de travailler sur des projets dans divers services, dont les communications, l'APPA et le marketing.

J’ai travaillé avec la spécialiste en communications pour trouver et améliorer des lignes d’objet pour le courriel mensuel. J’ai joué un rôle actif dans la mise à jour de physiocanhelp.ca, y compris la mise en pages, la révision de contenu, le dépannage de problèmes sur le site et la sélection de photos et de contenu.

De plus, j’ai géré les comptes de l’ACP sur les réseaux sociaux, plus spécifiquement la production de contenu, la révision de contenu au besoin et les discussions avec les abonnés. J’ai aussi eu la chance de créer le compte Instagram de l’ACP! J’ai rencontré des membres de l’équipe des communications et du marketing pour trouver des idées pour le compte professionnel de l’ACP. J’ai pu partager mes idées et mes recherches en matière de contenu et de publicité, particulièrement en ce qui concerne Instagram. J’ai ensuite pu concrétiser ces idées.

Pour préparer la prochaine campagne 2019 du blogue 30 Reps shoPTalk, j’ai travaillé avec le gestionnaire principal de la pratique pour effectuer la mise à jour et la refonte du résumé de l’auteur.

C’était un véritable plaisir de travailler à l’ACP pendant le Mois national de la physiothérapie (MNP). J’ai dirigé plusieurs activités de mois-là, y compris mettre à jour l’information sur le MNP sur les réseaux sociaux, produire des rapports des partenaires du MNP et des résumés pour l’équipe du marketing de même que physiotherapy.ca et le magazine Pratique de la physiothérapie.

J’ai aussi pu jouer un rôle dans la promotion du lancement du projet La place du marché du PP de l’ACP : 6 compétences en 6 semaines. J’ai analysé les périodes de pointe de l’activité et des engagements sur les réseaux sociaux, créé des lignes d’objet accrocheuses et informé l’équipe des statistiques de courriel.

Dans le but de préparer le Congrès 2018, j’ai travaillé avec le responsable du marketing et du développement pour faire des mises à jour de documents/plan d’étage au besoin. J’ai aussi joué un rôle actif dans la création et la publication de contenu  relatif au congrès sur les réseaux sociaux (date limite pour l’inscription hâtive, lettres de demande de renseignements, disponibilité des billets).

De plus, pendant mon stage à l’ACP, j’ai eu la chance d’améliorer et de perfectionner mes connaissances du logiciel Photoshop, d’améliorer et de pratiquer mes tactiques de recherche, d’échanger des idées avec des membres de l’équipe et de travailler en collaboration avec de nombreux services.

 

 

En apprendre plus sur la physiothérapie – comment en savoir plus sur « Comment la physiothérapie peut aider » m’a aidée

Quand j’ai commencé mon stage, je n’avais aucune idée de ce qu’était la physiothérapie ou du type de conditions qu’elle pouvait traiter. Malgré cela, l’équipe de l’ACP ne m’a pas moins considérée, ils m’ont plutôt aidée à apprendre.

De fil en aiguille, je me suis mise à faire la promotion de la physiothérapie même lorsque je n’étais pas au travail. J’ai commencé à recommander à mes amis et ma famille de se tourner vers la physiothérapie lorsqu’ils éprouvaient de l’inquiétude au sujet de diverses conditions physiques. Lors de ces conversations, je finissais souvent par recommander à mon entourage de consulter physiocanhelp.ca pour avoir plus de détails et d’information, un signe évident que j’aimais mon travail.

Cependant, je ne me suis jamais rendu compte de tout ce que j’avais appris. Un jour, je conduisais avec ma colocataire et nous avons vu une femme âgée faire de la marche nordique. Ma colocataire a commencé à dire à quel point elle ne comprenait pas comment cette activité pouvait aider les personnes âgées à marcher. Je lui ai alors expliqué en quoi la marche nordique constituait une forme de physiothérapie qui contribue à l’équilibre et à la stabilité. Cet à ce moment que j’ai réalisé que j’avais acquis des connaissances sur la physiothérapie.

Travailler au sein de l’ACP a permis à mon amour pour l’équipe et la pratique de la physiothérapie de grandir.

 

 

La vie après l’ACP

Mon expérience à l’ACP a contribué à m’ouvrir de nombreuses portes. Je travaille maintenant au bureau de Hedy Fry, la députée ayant eu le plus long mandat au sein du Parlement canadien! J’ai pu exceller dans ce nouveau rôle grâce aux compétences en administration et en communications que j’ai acquises pendant mon stage à l’ACP.

Je suis aussi la présidente du Conseil de conduite des pairs de l’Université Carleton, un comité qui rencontre les étudiants qui ont violé la politique de résidence. En tant que présidente de ce conseil, je dois modérer les audiences avec les étudiants pour établir des relations d’apprentissage tout en m’assurant que les sanctions appropriées sont appliquées. J’excelle dans ce rôle grâce aux aptitudes de travail en équipe et d’adaptation que j’ai développées durant mon stage à l’ACP.

Mon stage à l’ACP a été bien plus qu’un simple stage pour moi. En effet, mon stage à l’ACP a été une expérience qui a transformé ma vie et cette expérience trouvera un écho en moi pendant de nombreuses années encore.

 


 

 

Pricilla Khan vient de commencer sa quatrième année du programme en journalisme à l’Université de Carleton d’Ottawa. Après son contrat avec l’ACP, elle s’est lancée dans une nouvelle aventure en Californie où elle étudie dans le programme de leadership d’entreprise à l’Université de Californie à Los Angeles.