Retour à tous

REP 18 - Qu’est-ce qui est quoi : choisir comment consigner les séances de physiothérapie et d’exercices

Susan Paul, PT

De nombreux physiothérapeutes arrivent dans le métier dotés d’autres compétences ou acquièrent d’autres certifications en cours de route. Il faut se rappeler que, même si certaines de nos habiletés peuvent être précieuses en physiothérapie, elles ne peuvent pas en elles-mêmes être qualifiées de « physiothérapie » ni être facturées sous cette appellation.

L’article suivant, récemment publié dans le bulletin sur les Pilates cliniques du College of Physical Therapists of British Columbia, contient des renseignements utiles pour déterminer quand le Pilates peut être considéré comme l’un des aspects d’une séance de physiothérapie et quand il fait simplement partie d’une séance d’exercices.

Traduction autorisée par le CPTBC :

L’Ordre continue de recevoir des questions sur le « Pilates clinique » et sur la possibilité de le facturer comme service de physiothérapie. La réponse, c’est que seul un service de physiothérapie peut être facturé comme un service de physiothérapie.

La plupart des ordres sont dotés de règlements généraux ou de normes de pratique qui déterminent les normes de traitements minimales et les exigences en matière de consignation au dossier.

Dans certains cas, les physiothérapeutes intègrent des exercices de Pilates au plan de traitement individualisé pour parvenir à des objectifs physiothérapeutiques précis. Les exercices de Pilates sont alors un autre outil dans la panoplie du physiothérapeute.

Dans d’autres situations, il ne s’agit plus d’un service de physiothérapie, mais d’une séance de Pilates.

Le physiothérapeute doit donc déterminer si :

1. les techniques de Pilates étaient utilisées dans le cadre du plan de traitement physiothérapeutique individualisé en vue de réaliser les objectifs fixés en fonction de l’évaluation physiothérapeutique. Le dossier clinique reflète alors l’évaluation et le plan de traitement physiothérapeutiques, les réévaluations et l’évolution du traitement.

Assurez-vous d’inscrire tous les traitements dispensés au dossier : éducation, correction posturale, techniques de Pilates précises, conseils remis sous forme de documents et autres techniques ou modalités de traitement.

OU

2. le service dispensé au patient est une séance de Pilates et non une séance de physiothérapie, auquel cas, celui-ci ne peut pas recevoir de reçu de services physiothérapeutiques.

En cas de vérification (audit) par une tierce partie, il se peut que les dossiers médicaux fassent l’objet d’un examen. Si le patient s’est fait remettre des reçus de services physiothérapeutiques, mais que les dossiers cliniques ne les corroborent pas, il peut être appelé à rembourser l’assureur de la somme faussement attribuée à des services de physiothérapie.

Le public doit toujours savoir quel type de service il reçoit. Le dossier clinique et le reçu remis doivent toujours refléter ce service. Même si on parle de Pilates dans le présent article, il pourrait tout aussi bien s’agir d’autres « outils » (par exemple, le yoga ou le tai-chi) et c’est donc un sujet qui mérite votre réflexion.

 

À votre tour

Quelles autres pratiques de vos plans thérapeutiques aimeriez-vous clarifier?

 

 

Par Susan Paul, PT
 

#30REPS 2017 est présenté par

Pour en savoir plus, lisez la série #30REPS