Retour à tous

Melissa Anderson, PT
 

Après avoir survécu aux Fêtes avec ma famille, je pense à des gens rassemblés autour de la table pour souper. Les nombreuses voix et conversations s’entremêlent. On doit parfois parler plus fort pour se faire entendre.
 

Il se produit souvent la même chose avec les questions de représentation. On retrouve plusieurs voix et opinions différentes autour de la table et il arrive que des voix soient noyées dans le bruit ambiant. Dans ces moments, il est nécessaire de parler plus fort, mais dans certains cas, la force vient seulement du nombre. Il est alors nécessaire de former une coalition.
 

Bien sûr, ce serait agréable de penser que de parler au nom de toute la profession de physiothérapeute est suffisant lors d’une crise, mais souvent, ce n’est pas le cas. En réalité, nous sommes un petit poisson dans un grand étang par rapport à d’autres associations professionnelles comme l’Association des infirmières et infirmiers du Canada.
 

Une coalition dont l’ACP fait partie est la Coalition pour la gestion sûre et efficace de la douleur (CSEPM). La CSEPM est née de la crise des opioïdes, mais elle n’est pas centrée spécifiquement sur les opioïdes. Elle est plutôt centrée sur la gestion de la douleur et sur l’accès souvent limité à des stratégies conservatrices de gestion de la douleur nécessaires. La CSEPM examine en amont les personnes avec des douleurs qui ne sont pas liées au cancer. L’objectif de la CSEPM est de sensibiliser les Canadiens aux stratégies non pharmaceutiques de gestion de la douleur et d’essayer de les optimiser avant même qu’une ordonnance pour des analgésiques soit rédigée.
 

CSEPM est composée de plusieurs groupes professionnels, groupes de patients et autres, y compris :

  • Association canadienne des ergothérapeutes
  • Association chiropratique canadienne
  • Société canadienne de psychologie
  • Société de l’arthrite
  • Institut canadien pour la sécurité des patients
  • Patients for Patient Safety pour ne nommer que ceux-ci
     

 Le rapport initial de la CSEPM a été publié en 2018 et a obtenu une couverture beaucoup plus grande que si un de ces groupes avait publié son propre rapport.
 

Lorsqu’on travaille avec une coalition, il faut savoir faire concessions. Même si la prise de décision se fait généralement par consensus, il faut parfois être prêt à renoncer à certaines idées pour obtenir de l’appui pour d’autres. La force du nombre offre toutefois un autre avantage qui découle du travail avec des coalitions. Pour une question aussi complexe que la gestion de la douleur, avoir des experts qui peuvent discuter d’autres aspects du traitement, surtout l’expérience vécue et les aspects psychosociaux de la gestion de la douleur, rend le sujet beaucoup plus crédible.
 

Le rapport final de la CSEPM sera publié en 2019. 

 

30REPS est présenté par:

Lire plus de 30 REPS