Premières Nations, Inuits et Métis

Les peuples autochtones du Canada sont confrontés à des enjeux de santé uniques. Collectivement, leur état de santé se compare défavorablement à celui des non-Autochtones. Bien qu’elle soit en moyenne plus jeune que la population générale, la population autochtone canadienne présente un taux de blessures, de maladies aiguës et de maladies chroniques plus élevé.

L’Association canadienne de physiothérapie reconnaît l’influence des déterminants de santé généraux – statut socio-économique, migration vers les centres urbains, répercussions à long terme de la colonisation et de l’autodétermination – sur les peuples autochtones du Canada, aussi bien pour les individus que pour les populations.

Ces inégalités, amplement documentées, sont depuis longtemps associées à une plus forte prévalence des problèmes de santé. L’une des solutions serait d’améliorer l’accès à des services fournis par des professionnels de la santé autochtones ou par un personnel formé à l’offre de soins culturellement adaptés.

L’ACP lance une bourse pour les étudiants autochtones

L’Association canadienne de physiothérapie et la Fondation de physiothérapie du Canada ont le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle bourse pour les étudiants autochtones, conçue pour répondre à la nécessité toujours plus grande d’offrir aux étudiants des Premières Nations, Inuits et Métis un soutien financier pour se lancer dans une carrière en physiothérapie.

En savoir plus

Accès à la physiothérapie en régions rurales, éloignées et nordiques: État des lieux

En 2015, l’ACP a réalisé un état des lieux de l’accès à la physiothérapie dans les régions rurales, éloignées et nordiques du Canada. De juin à septembre 2015, cinquante entretiens ont été menés auprès d’intervenants par Kerry Kittson, physiothérapeute à la permanence de l’ACP, et 130 physiothérapeutes ont répondu à un sondage en ligne sur l’exercice de leur métier en milieu rural. L’ensemble des provinces et des territoires étaient représentés et les questions classées en trois catégories : les défis du patient, les défis du physiothérapeute et les problèmes d’accès aux soins.

En savoir plus

Pour en savoir davantage, communiquez avec Kerry Kittson

Énoncé de position de l’ACP : Le rôle de la physiothérapie dans les soins de santé aux Autochtones

Pour répondre aux priorités établies par les communautés autochtones en matière de soins de santé et assurer l’offre de soins efficaces et efficients, il faut des professionnels de la santé et un financement appropriés. Cela inclut notamment la physiothérapie, qui est une composante importante des soins en cas de blessure ou de maladie aiguë, ainsi que de la prévention et de la prise en charge des maladies chroniques.

Lire l’énoncé de position

Accès à la physiothérapie pour les Autochtones du Canada

La page Accès à la physiothérapie pour les Autochtones du Canada donne un bref aperçu de l’état de santé des populations des Premières Nations, Inuits et Métis au Canada et de la contribution des physiothérapeutes à l’amélioration de cet état de santé, de même que des renseignements sur les obstacles à surmonter et les lacunes à combler.

Ce document d’information aborde certains des plus importants défis que les physiothérapeutes peuvent contribuer à relever. Il a été rédigé en collaboration avec des physiothérapeutes membres de l’ACP qui sont eux‑mêmes autochtones, qui pratiquent dans des communautés du Nord ou qui ont réalisé d’importantes recherches sur l’offre de services de physiothérapie aux communautés autochtones.

Collaboration avec les décideurs

Le Programme des services de santé non assurés (SSNA) finance les services de santé aux membres des Premières Nations partout au Canada. Depuis juin 2014, l’Association canadienne de physiothérapie (ACP) travaille avec l’Assemblée des Premières Nations (APN) à la mise en commun de données et d’expériences provenant de physiothérapeutes pour contribuer à un examen conjoint du programme des SSNA.

L’APN a récemment publié un plan d’action sur le Programme des services de santé non assurés. L’APN et Santé Canada travaillent actuellement à trouver des moyens de mobiliser les professionnels à l’échelle régionale.

Pour en savoir davantage, ou pour participer aux discussions régionales, communiquez avec Kate O'Connor.