Les opioïdes et la gestion de la douleur

Depuis vingt ans, on dit aux Canadiens que les opioïdes sur ordonnance sont des médicaments sécuritaires et efficaces pour soulager la douleur aiguë, chronique et persistante et qu’ils ne suscitent pas de dépendance. Le recours aux opioïdes sur ordonnance a augmenté au Canada au point d’atteindre un seuil critique. En effet, per capita, le Canada vient au deuxième rang des utilisateurs d’opioïdes sur ordonnance dans le monde. Le manque d’accès à des soins physiothérapeutiques et interdisciplinaires pour soulager la douleur contribue largement à cette crise.

Depuis vingt ans, les prescriptions d’opioïdes par les médecins sont devenues le pivot de la gestion de la douleur. La crise elle-même découle de la commercialisation qu’en a faite l’industrie pharmaceutique, malgré les preuves limitées de l’efficacité de ces médicaments pour soulager les douleurs musculosquelettiques. En fait, pour bien des gens aux prises avec la douleur, les opioïdes ne réduisent pas la douleur de manière cliniquement significative. En revanche, il est démontré que la physiothérapie, l’exercice et les soins interdisciplinaires ont des effets cliniques importants sur les personnes ayant des douleurs complexes. Toutefois, ces personnes et leurs prestataires de soins primaires n’ont souvent pas accès à des modes de gestion de la douleur efficaces ni à des traitements non pharmacologiques conservateurs.

La réponse à cette crise se trouve en amont. Autrement dit, il faut éviter la première prescription d’opioïdes pour traiter les douleurs musculosquelettiques aiguës. Avant de prescrire un opioïde, il faut optimiser la prise en charge prudente de la douleur, y compris la physiothérapie.

Le gouvernement fédéral est à la tête d’une stratégie nationale pour trouver des solutions à la crise des opioïdes, ce qui a donné lieu à une déclaration conjointe sur les mesures à prendre.

Comment la physio peut être utile

Tandis que le ministère fédéral de la Santé s’engage à soutenir de meilleures pratiques de prescription et de meilleures possibilités de traitement pour les patients, l’Association canadienne de physiothérapie s’engage à prendre les mesures suivantes : 

Appel à l’action

Afin de contribuer à faire savoir que la physiothérapie est une solution sécuritaire et efficace pour remplacer les prescriptions d’opioïdes, vous pouvez adopter plusieurs mesures :

  • Informez-vous : Bon nombre d’entre nous ont suivi des cours sur la gestion de la douleur en première année d’études, mais n’ont pas fait grand-chose pour améliorer leurs compétences depuis. Familiarisez-vous avec les données récentes sur les mécanismes et les voies de la douleur. Lisez les toutes dernières recherches sur la gestion de la douleur et maintenez-vous au courant. La douleur est l’une des principales raisons pour lesquelles les gens consultent un physiothérapeute. Nos membres doivent donc être engagés et informés. Continuez à nous lire, car nous proposerons des ressources pour les patients et les membres.
  • Messages clés
  • Devenez membre de la division science de la douleur : Les membres ont accès aux bulletins de la division, à des baladodiffusions et à des blogues. Cette information sur la mobilisation des connaissances est présentée d’une manière facile à comprendre et peut facilement être intégrée à votre pratique.
  • Prenez contact avec votre section provinciale ou territoriale : Le personnel et les bénévoles de votre section sont les mieux placés pour défendre vos intérêts auprès du gouvernement provincial ou territorial. C’est là que sont prises les décisions en matière de santé, et la direction de votre section peut contribuer à promouvoir l’importance d’améliorer l’accès à la physiothérapie et de la financer.

Ressources

 

Affiche

Petit (à fond perdu avec cadrage, pour les imprimeurs professionnels)
Gros (à fond perdu avec cadrage, pour les imprimeurs professionnels)

Petit (pour les imprimantes de bureau)
Gros (pour les imprimantes de bureau)