13 juillet 2020

L’ACP a récemment participé à l’étude du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes sur la réponse du Canada à l’éclosion du coronavirus. Nous lui avons présenté ce mémoire, qui contient nos recommandations principales pour renforcer le système de soins de santé en réponse à la pandémie.

Dans ce document, nous proposons d’améliorer les infrastructures sanitaires et l’accès aux services de physiothérapie, et de soutenir les populations touchées de manière disproportionnée, dont les Autochtones et les aînés. Pour répondre aux besoins actuels et futurs en matière de santé qui ont été révélés et amplifiés par la pandémie, le mémoire demande des investissements supplémentaires pour :

  • les soins de proximité et à domicile, pour construire des communautés en santé et adaptées aux aînés;
  • l’infrastructure requise pour assurer l’accès des collectivités nordiques, rurales et éloignées à Internet et aux technologies de santé électroniques;
  • des programmes qui soutiennent la prestation de soins virtuels et la télé-réadaptation;
  • l’accès équitable aux équipements de protection individuelle (EPI) requis pour offrir des soins sécuritaires dans tous les milieux de soins de santé;
  • compenser les coûts liés aux nouvelles mesures de prévention des infections, y compris le réaménagement des espaces de traitement pour assurer la mise en œuvre et le maintien de ces mesures;
  • aider les Canadiens à rester actifs en toute sécurité pendant la pandémie.

Le mémoire demande aussi au gouvernement fédéral de supprimer de façon permanente l’exigence d’avoir une ordonnance pour obtenir des services de physiothérapie sous le Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP), le programme d’assurance-maladie complémentaire des fonctionnaires du gouvernement fédéral, qui compte plus de 600 000 adhérents au pays. Cette exigence a été levée temporairement au mois de mars en raison de la pandémie. Depuis, l’ACP a revendiqué sa suppression permanente lors de rencontres avec des députés et des conseillers du cabinet des ministres et dans des lettres adressées au président du Conseil du Trésor.