le 30 septembre 2020   (Ottawa, ON)

La réaction de l'ACP

L’Association canadienne de physiothérapie (ACP) est déçue de l’annulation du volet clinique de l’examen de compétence en physiothérapie (ECP) de novembre 2020, annoncée le vendredi 25 septembre par l’Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (ACORP). Depuis juin, des étudiants et nouveaux diplômés membres de l’ACP reprochent publiquement à l’ACORP de ne pas avoir de plan clair en cas d’annulation de l’examen clinique de novembre 2020 en raison d’une éventuelle deuxième vague, et pressent l’ACP et l’ACORP de les informer des mesures de rechange prévues. L’ACORP a répondu qu’elle explorait toutes les possibilités en vue de tenir l’examen clinique de novembre 2020, position qu’a appuyée l’ACP. L’ACP est sensible à la réalité de la santé publique en ce moment, mais est déçue que l’ACORP ne soit pas en mesure de tenir d’examens en novembre. 

L'importance de la relève

Nos étudiants et nouveaux diplômés membres représentent plus que l’avenir de l’Association et de la profession : ils sont les membres de nos conseils d’administration, nos sommités, nos guérisseurs et nos défenseurs de demain. Des gens qui, animés par le désir d’améliorer la santé et la mobilité des Canadiens, se sont engagés dans une profession. Il y a des résidents diplômés à la fin de 2019 – soit il y a près d’un an – qui n’ont pas encore pu passer l’examen pratique. Des finissants incapables de pratiquer parce que leur ordre n’octroie pas de permis provisoire en cas d’échec à la première tentative. Tous ces étudiants sont inquiets pour leur avenir et des conséquences financières de leur choix d’une profession qu’ils ne peuvent exercer, ne sachant pas quoi faire ni vers qui se tourner pour obtenir du soutien, poser des questions, etc.

L’ACORP a clairement exprimé que le bien-être des candidats lui tient à cœur et qu’elle veut qu’ils sachent à quoi s’attendre à l’avance pour pouvoir bien se préparer, contrairement à d’autres professions où l’annulation d’examens a été annoncée quelques jours à l’avance. L’ACP apprécie ces efforts et veut contribuer à entretenir une communication ouverte avec ces membres inquiets de la suite des choses.

Les nouveaux engagements de l'ACORP

Suite à l’annonce de l’annulation de l’examen, l’ACP a tenu le lundi 28 septembre un appel réunissant des membres de son conseil et de son personnel, des représentants des sections et de l’Assemblée nationale des étudiants, la présidente du forum des présidents des sections, ainsi que la présidente et la chef de la direction de l’ACORP, pour faire le point sur les événements qui ont mené à la décision du conseil d’administration de l’ACORP, ainsi que le plan pour assurer la tenue d’un examen en mars 2021. Lors de l’appel, l’ACORP a pris les engagements suivants :

  • Un examen clinique à l’épreuve de la pandémie sera lancé en mars 2021.
  • Le développement et le déploiement de l’examen se feront en deux phases : 1) conception et validation, 2) orientation des candidats.
  • Tous les efforts seront faits pour permettre aux étudiants des promotions 2019 et 2020 (volet clinique) et 2021 (volet écrit) de passer l’examen en 2021 et résorber l’arriéré.
  • L’ACORP s’engage à maintenir l’accès à la profession pour les étudiants actuels et les physiothérapeutes formés à l’étranger en continuant d’offrir le volet écrit de l’ECP malgré les restrictions liées à la COVID-19, grâce aux modalités virtuelles et à la surveillance à distance.
  • Dans tous les cas, les décisions visant l’examen seront guidées par les deux principes préalablement convenus concernant la prise de l’examen en contexte de pandémie, soit : 1) donner la priorité à ceux et celles qui ont obtenu leur diplôme en premier et 2) rendre le plus grand service au plus grand nombre tout en respectant les consignes sanitaires pour assurer la sécurité des candidats, du personnel et des patients.

L'importance du volet clinique

L’ACP reconnaît l’importance de ses relations avec l’ACORP et les ordres professionnels, et maintient la déclaration qu’elle a faite avec le Groupe consultatif national en physiothérapie : le volet clinique de l’ECP est absolument essentiel au respect des normes professionnelles compte tenu de la nature autoréglementée de la profession. L’ACP tient donc à assurer à ses membres que des stratégies sont en place pour permettre aux candidats de passer l’examen à court terme. De plus, l’ACP continuera de collaborer avec l’ACORP pour s’assurer qu’elle pourra honorer ses engagements.

Appels à l'action

L’ACP salue la volonté de l’ACORP de revoir le volet clinique de l’ECP afin de permettre à ce segment important du milieu de la physiothérapie de le passer et de commencer à pratiquer quel que soit l’état de la pandémie en mars. Pour favoriser la réalisation de ces objectifs ambitieux, l’ACP appelle ses partenaires à prendre les mesures suivantes.

ACORP

  • S’engager publiquement à rendre le nouvel examen clinique disponible d’ici mars 2021 et à respecter les engagements pris auprès des dirigeants de l’ACP le lundi 28 septembre (voir ci-dessus).
  • S’engager à diffuser régulièrement des communications publiques au sujet de ce projet.
  • Être à l’écoute des étudiants, des nouveaux diplômés et des stagiaires lors de la conception du nouvel examen.

Ordres professionnels

  • Évaluer la possibilité de prolonger les permis provisoires au moins jusqu’à la fin de 2021.

Les engagements de l'ACP

L’ACP et ses sections restent vigilantes et réitèrent leur volonté de contribuer aux démarches de l’ACORP, des ordres professionnels et des autres acteurs afin de régler ce dossier avec rigueur et dans les meilleurs délais. Ainsi, l’ACP prend les engagements suivants :

  • Mettre à profit ses relations avec l’Assemblée nationale des étudiants et d’autres représentants des étudiants et nouveaux diplômés afin de créer des ressources pour aider les candidats touchés à traverser cette période (l’ACP s’engage à annoncer les détails de ces initiatives d’ici la fin octobre).
  • Réclamer la prolongation des permis provisoires au moins jusqu’à la fin de 2021.
  • Maintenir un dialogue ouvert avec les étudiants et nouveaux diplômés membres qui représentent ceux et celles qui ont été affectés par le retard du déploiement du nouveau volet clinique de l’ECP, notamment par l’intermédiaire de l’Assemblée nationale des étudiants, la direction de l’ACP, le conseil d’administration de l’ACP et l’ACORP.
  • Continuer d’offrir en 2020-2021 la mesure d’aide aux étudiants du Programme d’aide aux membres 2020.
  • Collaborer avec l’ACORP à l’élaboration d’un plan de communication avec les étudiants et nouveaux diplômés membres prévoyant des mises à jour fréquentes sur le développement et le déploiement du nouvel examen.
  • Continuer d’être à l’écoute pour pouvoir aider nos membres à surmonter les difficultés.

L’ACP continuera, en consultation avec ses membres et le milieu, d’explorer les moyens de soutenir ce groupe de membres si important pendant cette période difficile.

L’ACP tient à déclarer publiquement son engagement envers ses étudiants et nouveaux diplômés membres et à reconnaître que ces derniers soulèvent ces préoccupations depuis le printemps. L’ACP invite ses membres à faire preuve de sensibilité à l’égard de la situation des étudiants et diplômés des promotions 2019, 2020 et 2021, ainsi que des physiothérapeutes formés à l’étranger, qui attendent de passer le volet clinique de l’ECP pour accéder à la profession. Les étudiants, nouveaux diplômés et résidents sont notre avenir, et ils ont besoin de notre soutien.