Le risque d’atteinte à la réputation

Le milieu de la santé d’aujourd’hui est influencé par des consommateurs instruits et branchés. Le bouche-à-oreille est éclipsé par les critiques en ligne. Les manchettes sur les fraudes à l’assurance, les abus et le gaspillage menacent la réputation de la profession (#30reps). L’efficacité des prises de position de l’ACP sur le rôle de la physiothérapie peut être entachée par quelques cas de mauvais jugement, de manque d’intégrité ou de fraude à l’assurance. Les mauvais comportements de quelques-uns peuvent nuire à tous les membres.

 

Le risque d’atteinte à la réputation peut nuire directement à chaque membre

  • Les patients peuvent se tourner vers une autre clinique ou une autre profession pour répondre à leurs besoins en matière de santé.
  • Les patients risquent de déposer des plaintes auprès de l’Ordre.
  • À cause du rejet des réclamations d’assurance, les membres risquent de recourir davantage à l’assurance responsabilité professionnelle pour défendre leurs pratiques de facturation.
  • Le gouvernement et les administrateurs du système de santé risquent de réduire le financement de l’accès à la physiothérapie.
  • Les membres risquent d’être moins satisfaits au travail et les employés risquent de moins s’y investir.
  • Les membres risquent de ressentir du stress à la perspective de dénoncer la fraude ou l’abus d’un collègue.

 

Les mauvais comportements peuvent nuire à la profession

  • En réduisant l’efficacité des activités de plaidoyer.
  • En nuisant à la bonne réputation dont jouit actuellement la physiothérapie.
  • En risquant de réduire les normes de soins si la fraude, l’abus et le gaspillage n’ont aucune conséquence.
  • En compromettant la collaboration avec d’autres professions de la santé.

 

La réglementation, l’agrément et l’attribution de permis d’exercer peuvent tous contribuer à superviser la profession. Cependant, les cliniciens eux-mêmes assument une responsabilité envers leurs patients, leurs collègues et leur profession. En faisant mieux connaître les risques d’atteinte à la réputation et les moyens de les atténuer, chaque physiothérapeute, thérapeute en réadaptation physique ou assistant-physiothérapeute peut faire partie de la solution.

 

Ce que peut faire l’ACP

L’Association canadienne de physiothérapie s’engage à promouvoir la réputation de la profession. Nous travaillons assidûment à promouvoir la profession et à faire connaître les secteurs où la physiothérapie peut aider les Canadiens à améliorer leur sané par le mouvement et l’exercice 

 

Déclaration publique

Même si la demande de services de physiothérapie augmente, si l’accès devient plus aisé et si les retombées de la technologie sont plus tangibles, la profession doit continuer de respecter son Code d’éthique en tout temps, dans toutes les situations. Quelle que soit la croissance ou les occasions futures, cette déclaration demeure toujours aussi vraie :

« On s’attend à ce que chaque membre [de l’Association canadienne de physiothérapie] vise l’excellence dans toutes ses activités professionnelles et agisse avec intégrité, responsabilité et discernement dans l’intérêt du patient, de la société et de la profession. » (ACP, Code d’éthique)

 

Appel à l’action

  • Informez-vous : Le blogue #30Reps (mars 2017) sera archivé afin que vous puissiez le consulter et vous y reporter.
  • Devenez membre : Si vous êtes déjà membre de l’ACP, nous vous remercions de vous investir dans votre profession. Invitez de futurs membres à adhérer à notre association professionnelle, car, comme dans toute organisation, l’union fait la force.

 

Ressources

Guide sur le professionnalisme : L’équipe du service Pratique et politiques de l’ACP a préparé des outils qui vous aideront à faire face aux situations difficiles.

Devenez membre et profitez des avantages de l’adhésion à l’ACP