Domaine de spécialité clinique: Science de la douleur

Année d’obtention du diplôme: Diplôme universitaire en B.Sc. Santé Physiothérapie - 1991; Spécialisation de l’ACP - 2012 

Nombre d’années de pratique dans ce domaine: 27

Secteurs d’intérêt : Même si ma pratique englobe tous les domaines de la douleur persistante et complexe, j’ai une passion particulière pour le syndrome douloureux régional complexe (SDRC). Je vois de nombreux patients qui en souffrent et, avec mes collègues, j’adapte un traitement fondé sur des données probantes pour chaque patient puisqu’il y a des sous-types de diagnostic. Sur le plan clinique, j’utilise la réalité virtuelle avec le SDRC, la douleur et la commotion de comorbidité et la douleur persistante avec le SSPT. Mes collègues et moi étudions l’efficacité de la réalité virtuelle avec le SDRC. Nous utilisons aussi des données à grande échelle et des recherches sur l’apprentissage automatique pour adapter et maximiser les résultats avec l’utilisation de la réalité virtuelle pour les troubles neuro-végétatifs.

Pourquoi avez-vous cherché à obtenir le titre?

Le processus de spécialisation pousse à la réflexion, et j’avais le sentiment que cela me permettrait de continuer à apprendre et à réfléchir sur les aspects de mon cheminement professionnel qui avaient été les plus utiles ainsi que sur ceux que je devrais approfondir. C’était également un défi, et j’aime beaucoup les défis.

Où espérez-vous voir la profession dans 25 ans?

J’espère que les physiothérapeutes seront publiquement reconnus comme des praticiens importants, non seulement dans l’amélioration de la santé, mais aussi dans les stratégies de prévention en santé. La profession a tant à offrir pour l’amélioration de la santé des Canadiens! J’espère également que la physiothérapie sera financièrement accessible à tous les Canadiens. Les physiothérapeutes deviendront des membres éminents de chaque équipe de soins de santé et seront aussi connus du public que les médecins de famille.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu?

Écoutez TRÈS attentivement ce que vos patients vous disent, aussi bien avec leurs mots qu’avec leur langage non verbal. C’est parfois dans leur récit que vous trouverez la solution qui vous permettra de les guider vers la guérison.

Qu’avez-vous appris grâce au programme?

Le processus de spécialisation est une façon extraordinaire de réfléchir à sa propre pratique. Les réflexions cliniques et les études de cas permettent de réfléchir et de continuer à grandir dans son domaine d’intérêt. Nous prenons très peu souvent le temps de vraiment réfléchir à notre pratique – c’est une occasion extraordinaire de le faire!

Biographie

Je suis physiothérapeute principale au Centre de réadaptation de l’Hôpital d’Ottawa. J’ai 22 ans d’expérience clinique et je suis évaluatrice clinique au programme d’épidémiologie clinique de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. J’ai obtenu un baccalauréat en sciences de la santé (physiothérapie) de l’Université McMaster en 1991, puis une maîtrise en réadaptation en 2012 à la même université. J’ai travaillé dans le secteur public et le secteur privé, et j’ai eu pendant une courte période mon propre cabinet de physiothérapie. J’adore enseigner et je l’ai fait auprès de mes collègues et des étudiants en physiothérapie à l’université. Je m’adonne actuellement à des activités de recherche plus officielles et à des activités de formation des pairs. Je suis une membre active de la division science de la douleur et je suis membre de son Conseil d’administration. 

Jholly@toh.on.ca