Domaine de spécialité clinique : Musculosquelettique

Nombre d’années de pratique dans ce domaine : 17

Loisirs : J’ai trois merveilleux enfants avec qui j’aime passer du temps et que j’aime regarder faire du sport. Je joue également dans une équipe féminine de soccer et de touch-football, et j’aime courir.

Secteurs d’intérêt professionnel : Commotions cérébrales; colonne cervicale; rééducation vestibulaire

Que trouvez-vous le plus satisfaisant dans le programme de spécialité?

Le programme de spécialité donne la chance de réfléchir de façon critique à plusieurs domaines. Cette réflexion est une façon merveilleuse de résumer des années de pratique et de réflexion cliniques, ce qui m’a permis de m’améliorer encore comme physiothérapeute.

Pourquoi avez-vous participé au programme?

J’ai été l’une des premières physiothérapeutes invitées à participer au programme de spécialité clinique; je trouvais que c’était un bon moyen de continuer à approfondir mes compétences.

Où espérez-vous voir la profession dans 25 ans?

J’aimerais que la profession de physiothérapeute continue à faire évoluer l’aspect des soins basé sur le raisonnement clinique de façon unique, en se fondant sur les données probantes tout en sortant des sentiers battus. Cela permettra à davantage de physiothérapeutes d’être des chefs de file dans l’optimisation des soins cliniques, dans l’offre de meilleurs soins et dans l’amélioration des résultats cliniques.

Selon vous, quel impact aura la spécialisation dans votre domaine?

Je pense que la spécialisation permettra aux physiothérapeutes de continuer à peaufiner leur capacité d’introspection et à approfondir leurs connaissances de façon constructive. Les multiples composantes évaluées par le processus de spécialisation permettront peut-être aux cliniciens d’acquérir des compétences auxquelles ils n’avaient pas pensé (recherche, mentorat, etc.).

Quelle est la valeur du programme de spécialité pour les candidats?

Grâce au processus d’introspection, le programme de spécialité oblige à définir ses propres forces, de même que les aspects à perfectionner.

Avez-vous fait appel à votre réseau de spécialistes, et comment?

Je n’ai pas utilisé ce réseau en particulier, mais je suis régulièrement en contact avec de nombreux physiothérapeutes qui sont allés jusqu’au bout du processus de spécialisation clinique.

Quels facteurs importants faut-il prendre en compte lorsqu’on souhaite faire une spécialité clinique?

Le processus de spécialisation clinique demande beaucoup de temps, mais il en vaut la peine. C’est important d’examiner tous les secteurs évalués et de prendre le temps de réfléchir à sa pratique tout au long du processus.

Quel conseil donneriez-vous aux candidats qui s’engagent dans le processus de spécialisation?

Prenez le temps de réfléchir aux moments qui ont été les plus importants ou qui ont constitué un tournant dans votre carrière.

Biographie

La Dre Kathryn Schneider est professeure adjointe et clinicienne-chercheuse à la Faculté de kinésiologie de l’Université de Calgary; elle travaille également comme physiothérapeute à la clinique Evidence Sport and Spinal Therapy. Ses recherches portent principalement sur la prévention et le traitement des commotions cérébrales, et particulièrement sur le rôle de la colonne cervicale et du système vestibulaire. Elle est l’auteure principale d’un essai clinique randomisé évaluant les effets de la physiothérapie multimodale et de la réadaptation vestibulaire chez les athlètes ayant eu une commotion cérébrale liée au sport. Cette étude a permis de reconnaître l’effet important du traitement chez les personnes qui en ont bénéficié.

Kathryn a été conférencière à la 4e Conférence internationale sur les commotions cérébrales dans le sport tenue à Zurich, en Suisse, en novembre 2012; elle a également participé à la rédaction de la déclaration de consensus qui en a découlé. En novembre 2012, elle a fait partie des « Top 40 Under 40 » du magazine Avenue. Elle a également donné une conférence (par vidéoconférence) aux rencontres médicales des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en février 2014.

La Dre Schneider est spécialiste clinique en physiothérapie musculosquelettique. Elle a obtenu un diplôme avancé en thérapie manuelle (2004) et une certification en réadaptation vestibulaire (Université Emory, 2003), une certification avancée en réadaptation vestibulaire (Université Duke, 2009), et un doctorat en sciences (D. Sc.) (Université Andrew’s, 2008). Elle a préparé et donné de nombreux cours sur la réadaptation vestibulaire, les commotions cérébrales dans le sport et les troubles associés au coup de fouet cervical.