Le processus de spécialisation est un processus long, mais enrichissant. Je suis très heureuse de m’être permis d’amorcer ce processus et je le recommande à tous les physiothérapeutes. Il s’agit d’un exercice utile qui aide à réfléchir sur soi-même et nous aide à déterminer où nous en sommes dans cette merveilleuse profession de la physiothérapie.

Domaine de spécialité clinique : musculosquelettique

Nombre d’années dans le domaine de pratique spécialisée : 24

Secteurs d’intérêt : Prévention des blessures, Retour aux sports, Renforcement de la performance, Aiguilles à sec, Thérapie manuelle, Échographie en temps réel, Yoga, Éducation continue et études supérieures en physiothérapie orthopédique, et normes d’éducation, Mentorat.

Passe-temps : Outre la physiothérapie, Lorrie aime bien passer du temps à l’extérieur avec son époux et sa petite fille, en faisant de la randonnée, de la bicyclette, du canoë, du jardinage, ou en passant du temps avec leurs animaux (deux chevaux, 1 chien et plus de 60 000 abeilles!).

Qu’est‑ce que vous avez trouvé le plus enrichissant au sujet du programme?

Le Programme de spécialiste clinique a créé une tribune permettant la réflexion sur sa carrière professionnelle. À mon avis, cette réflexion sur sa pratique constitue l’une des plus importantes façons d’évoluer ainsi que de déterminer la voie vers l’avancement de ses connaissances et de ses compétences. Je crois fermement dans l’avancement des compétences et de la pratique cliniques, ainsi que dans la reconnaissance de ce principe au sein et à l’extérieur de la communauté de la physiothérapie, car cela permettra de faire évoluer les soins des clients qui ont besoin de la physiothérapie pour la prise en charge et la prévention des blessures. La création d’un système de spécialisation qui est unique et universel et qui prévoit une variété de moyens différents de réalisation était très importante pour moi, et je suis ravie pour l’ACP et pour tous les physiothérapeutes que ce programme soit maintenant en plein essor. 

Lorsqu’on lui demande comment le programme de spécialité clinique se répercutera sur la profession, elle répond ce qui suit.

La réflexion, comme elle est exprimée dans le programme, par le partage de réflexions cliniques, peut évoquer des changements personnels et professionnels, et ces changements peuvent comprendre des risques en encourageant la personne à passer du connu à l’inconnu. La réflexion favorise la contemplation qui, à son tour, peut se traduire par un raisonnement qui peut modifier les soins cliniques ainsi que le désir et la capacité de partager ce raisonnement avec les autres. Par exemple, de tels changements peuvent se répercuter directement ou indirectement sur la recherche concernant le soin des patients. Tout cela mène à une collaboration évoluée au sein et à l’extérieur de la profession, ce qui, en fin de compte, influe sur l’endroit où se fait le travail, ainsi que sur le style et le genre de travail que l’on fait au sein de la profession.

Que pensez‑vous de la valeur du programme de spécialité?

Tout ce qui vaut la peine d’être fait n’est pas facile à faire. Je me suis rappelée souvent ces paroles au cours de la demande de spécialisation et du processus s’y rattachant. Il est toujours à la fois renversant et enrichissant de constater combien de temps il faut consacrer à l’examen de sa propre pratique et à la consignation sur papier des résultats de cet exercice. Je suis à la fois étonnée de tout ce que j’ai pu accomplir à ce stade de ma carrière, et émue par tout de que je souhaite encore faire de plus pour les clients et les physiothérapeutes. Ce processus de réflexion m’a aidée à cerner mes objectifs futurs (à court et à long terme). Depuis ma désignation comme spécialiste, j’ai connu un important épanouissement professionnel et j’ai un merveilleux sentiment d’énergie renouvelée et d’enthousiasme concernant ce vers quoi cette voie professionnelle me mènera maintenant.

« Le succès, c’est vous aimer vous-même, c’est aimer ce que vous faites et aimer comment vous le faites. »Maya Angelou